Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 16:27

Nous vivons au quotidien dans un monde porteur de multiples paradoxes. Pour les déceler et les analyser, il est alors nécessaire d’appréhender autrement les territoires dans lesquels nous évoluons. Les arts urbains (les graffiti), la littérature (Jules Verne) ou encore les langues régionales (l’occitan) sont ainsi autant de portes d’entrée qui nous permettent d’interroger ces paradoxes de l’ordinaire. Telle est l’ambition de cet essai : révéler ces géographies parallèles qui composent notre univers plus ou moins immédiat, faire redécouvrir ces multiples territoires où se dessine une véritable écologie humaine.

 

couverture-copie-1.jpg

 

couverture-4eme-net-copie-1.jpg

Parution le 18 mai 2013

Essai  : Collec : Humeurs & Témoignages
ISBN : 979-10-90126-07-7

172 Pages
46 document en couleurs
Format : 210 x148 x 15 mm
Langue : français
Prix 14 € TTC

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Actualité
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 10:19

 Veuillez trouver ci-dessous la lettre que nous venons d'envoyer aux médias et que nous porterons demain aux élus de la communautés des communes Xiberoa

 Site internet Hegaladiahttp://www.hegalaldia.org/


        Mauléon lundi 4 mars 2013

 


 

Monsieur le Président de la communauté des communes Xiberoa,

Mesdames et messieurs les conseillers communautaires,


L'association Hegalaldia est née en 2000 pour se charger du soin aux animaux sauvages. D’abord basée à Uhart-Cize, elle obtient en 2003, suite à sa gestion de la marée noire du Prestige sur les côtes Basques, un financement Européen visant à développer le soin aux animaux sauvages. Elle obtient donc un permis de construire pour édifier son centre de sauvegarde à Ustaritz

 Hegalaldia a surmonté de nombreuses difficultés visant à obtenir une reconnaissance officielle et devenir une association déclarée d'intérêt général et agréée association de protection de la nature. Cette structure est à ce jour la seule de ce type dans le département. Elle se soumet à une réglementation en vigueur stricte en obtenant une autorisation préfectorale d'ouverture, se dote d’un responsable vétérinaire sanitaire et embauche, dans un premier temps, deux salariés sur la structure dont un responsable capacitaire. De 2009 à 2012, l’association comptabilise 4 salariés dont deux salariés capacitaires (salarié capacitaire = la seule personne autorisée à détenir à soigner et déplacer une espèce protégée)

Chaque année, c’est une moyenne de 1000 animaux qui sont recueillis dont une centaine d’espèces différentes (oiseaux, petits mammifères, reptiles et amphibiens) et des centaines d’animaux traités à distance (qui meurent ou s’échappent avant d’arriver sur la structure). Hegalaldia, c’est un hectare d’installations (un bâtiment administratif, treize volières, trois piscines pour oiseaux marins, une mare à cistudes, une infirmerie, une salle de stabilisation, une salle de réhabilitation, un enclos à hérissons, six boxes de réhabilitations en bâtiment, une chambre de congélation, une nursery…)

Mais aujourd’hui Hegalaldia connaît de graves difficultés financières. Alors que l’activité de cette structure ne cesse de croître d’année en année, les subventions publiques, elles, diminuent et Hegalaldia a déjà licenciée une personne. Selon les responsables, si l’association n’obtient pas 85000€ des collectivités territoriales d'ici mars (ou des engagements allant dans ce sens) le centre de soins devra fermer ses portes.

 

Pour ce qui est de la Soule 1% des accueils d'animaux proviennent chaque année de ce secteur et en 2012 c'était 2%. 7 bénévoles ambulanciers sur ce secteur acheminent les animaux trouvés lorsque l’association ne peut pas se déplacer. Le centre de soin Hegalaldia comptabilise une dizaine d'appels téléphoniques en plus des appels liés à ces accueils ce qui représente 45 minutes de communication entrante. Les responsables d’Hegalaldia nous informent que la problématique du Vautour fauve à Saint Engrâce est très préoccupante. En effet, cette association intervient dans les Gorges de Kakueta, pour récupérer des vautours fauves qui entrent en contact avec le public. Il leur faut bien 2h pour arriver à Kakueta, puis 1h de marche dans les gorges, puis 30 minutes de sensibilisation. Car Hegalaldia alerte le public sur ces dangers et informe sur la biologie du Vautour.... puis il faut de nouveau 2h de trajet pour rentrer au centre. Ensuite, pour un vautour, il faut beaucoup de viande, des médicaments.....toute une logistique pour l'amener jusqu'a l'envol.

 

Pour rentrer dans ses frais, l’association Hegalaldia nous confie qu’il faudrait que la communauté de commune de Soule finance Hegalaldia à hauteur de 4500€. Hegalaldia a décidé suite à son Assemblée Générale de ne plus intervenir sur les communes et communauté de communes qui ne participent pas financièrement à la prise en charge de leurs animaux.

 

            Nous, association souletine dont le siège social se trouve à Mauléon, demandons à la communauté de communes de produire son effort, au niveau qui est le sien, ni plus ni moins.

           

Notre maison d’édition dont la devise est de « Remettre l’humain au cœur de la nature et la nature au cœur de l’humain », s’associe de tout cœur à l’appel du centre de soin Hegalaldia. Nous ne pouvons pas imaginer que cette structure, après avoir produit autant d’efforts, disparaisse ainsi, alors même que nous avons de plus en plus besoin d’elle.

En espérant, Monsieur le Président de la communauté des communes Xiberoa, Mesdames et Messieurs les conseillers communautaires, que vous répondrez favorablement à cet appel.

En attendant, veuillez recevoir l’assurance de nos meilleurs sentiments.

 

                                   Cordialement

                                   Pour l’association le Président

                                   Etienne Hugues Boyer

 

 

 


Repost 0
Published by Astobelarra - dans Communiqués
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 22:03

caroline-Herrera.jpg

Caroline Herrera va sortir "Sombre Mascarade" le 16 mars prochain. C'est un roman policier et le troisième livre de la collection Mozaïk.

Astobelarra : Qui es-tu, Caroline ?

Caroline Herrera : je vis en Soule depuis mon enfance. Je suis éducatrice de métier, et je travaille depuis une dizaine d’années aux Apprentis d’Auteuil, situé à Audaux, près de Navarrenx. Je m’occupe d’adolescents en difficultés.

J’aime écrire, goût qui m’a été donné par le plaisir de la lecture. Depuis toujours, j’affectionne le genre policier, de mes premiers « le club des cinq », aux classiques d’Agatha Christie, ou à Elisabeth Georges auteur que j’apprécie particulièrement. En fait je lis presque tout ce qui me passe à portée de main !

 

A : Parle-nous de « Sombre mascarade »…

CH : Pour la petite histoire, c’est le second scénario que j’ai écrit. Le premier n’était pas assez abouti pour moi et je ne pensais pas pouvoir le publier un jour. Pour celui-ci, je suis partie d’une idée que j’ai eue lors d’un voyage en Italie, effectué lorsque j’étais jeune. Et ensuite, toute l’histoire s’est emboîtée, comme un puzzle.

 

A : Peux-tu nous faire un petit résumé ?

CH : C’est un policier, mais qui parle aussi de sentiments, de déceptions… Forcément, chaque personnage contient un peu de soi, sans l’être pour autant. Ce sont des personnages que l’on crée, qui deviennent presque des amis et qu’on fait vivre au bout de l’aventure. Lorsqu’enfin on donne le manuscrit à un éditeur, c’est un peu comme un deuil, comme si on les quittait. Mais pour revenir à ta question sans trop en dire, pour ménager le suspense : la caractéristique de ce roman, c’est que tout ce qu’on peut croire vrai, n’est en fait qu’une illusion…

 

A : Le roman se déroule en Soule. N’as-tu pas peur que certains croient se reconnaître ?

CH : Je voulais pour décor un endroit qui soit réel, principalement parce que tout le reste m’avait demandé un gros travail d’imagination. Je connais bien la Soule et ça m’a permis d’ouvrir de nouveaux horizons et de donner de l’épaisseur à l’histoire. En outre, tous les personnages que j’ai construits sont nés de mon imagination. Je ne me suis inspirée de personne en particulier. Ils sont tous nés comme ça…

 

Sombre Mascarade, Caroline Herrera (mars 2013)A : Le personnage de Miren semble être la vraie héroïne du livre, que peux-tu ajouter à son sujet ?

CH : C’est un personnage emblématique du livre. Elle devrait réapparaître dans le prochain roman. Ce ne sera pas une suite à proprement parler, mais je reprends certains personnages que je réintroduits dans le premier manuscrit dont nous avons parlé plus haut.  Ce sera toujours dans le style policier, ça se passera aussi en Soule .

 

A : Qui a réalisé l’illustration de la couverture ?

CH : J’ai eu la chance qu’une amie (Laurence Bénassat) me réalise la couverture. Nous travaillons ensemble et notamment sur des ateliers théâtre auprès des jeunes que nous encadrons. Je lui ai demandé et elle est partie d’une idée globale que je lui ai indiquée, sans qu’elle ait lu le livre. Elle dessine très très bien, bien que ce ne soit pas son métier à la base…

 

A : En conclusion, que ressens-tu aujourd’hui et que peut-on te souhaiter ?

CH : Après une année de travail, arriver au bout de ce défit que je me suis lancé, c’est une grande satisfaction. Je peux dire « je l’ai fait ! ». Je remercie Astobelarra de m’avoir permis de concrétiser ce rêve d’adolescente. Ce que j’espère, c’est que ce livre plaise aux lecteurs et qu’ils prennent autant de plaisir à le lire que j’en ai pris à l’écrire. En attendant le prochain,  peut être pour l’année prochaine …

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Collection Mozaïk
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 09:36

projetaffiche-int-.jpg

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Actualité
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:55

Nous avons décidé de sortir un logo « Fabriqué en Soule-Xiberoan eginik » pour revendiquer l’espace culturel et naturel qui est le nôtre. Mais évidemment il nous paraît essentiel de choisir des symboles qui représentent la Soule comme nous nous la représentons et la revendiquons à Astobelarra - Le Grand Chardon.
Nous avons récupéré le fameux blason souletin, mais nous l’avons détourné de son sens originel. Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a bien longtemps, l’ours était vénéré comme un Dieu dans toute l’Europe. L’Église qui n’aime pas la concurrence va le représenter comme un animal soumis, l’incarnation de nombreux vices, une créature du diable. Ridiculisé, il devient une bête de cirque et il est détrôné peu à peu au profit du lion. Le lion qui représenterait, lui, le courage, la force, la bravoure, la sagesse, la souveraineté ! Il est temps pour nous tous de nous réapproprier l’ensemble de notre héritage culturel et naturel…
Nous proposons à tous ceux qui se reconnaissent dans les idées sous-tendues par ce blason et que nous venons de développer, et qui produisent en Soule (que ce soient des disques, des produits fermiers, des livres, etc.) d’en disposer et de l’utiliser à leur convenance. Il est libre de droit.
 
Editions Astobelarra / Le Grand Chardon

 

XE-.jpg

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Communiqués
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 17:47

 

P e n s e m e n t s 
libürüaren aurkezpena 
Clownen ikuspegiarekin 
(bat bateko antzerki)
Hebentikenean
Présentation du livre de Laurent Caudine
avec le point de vue des clowns
(improvisation)

 

 

affiche-pensements2

Repost 0
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 10:19

articlesudouest26octobre2012.jpg

Repost 0
Published by Astobelarra - dans PressBook
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 11:05

tableronde.jpg

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Actualité
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:48

articlerep24octobre.jpg

Repost 0
Published by Astobelarra - dans PressBook
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 09:45

Interviewé par Francis Cha, Martin Rieussec, auteur de "Bonheur d'agir !" (Astobelarra/Fischbacher) est passé sur Radio Oloron. Ecoutez l'émission :

 

Repost 0
Published by Astobelarra - dans PressBook
commenter cet article

Google groupe

Google Groupes
Abonnement au groupe Le Grand Chardon
E-mail :
Visiter ce groupe

Recherche

CONTACT

Editions astobelarra / Le Grand Chardon

Centre Multiservices

BP 66

F- 64130 Mauléon Soule

 

Tel : 05 59 28 32 81

 

Courriel : astobelarra@gmail.com

Vous en avez de la pub qui peut apparaître sur ce blog ? Pour Firefox, allez dans le menu "outils" ---> puis ---> "Modules complémentaires" et téléchargez le module Adblock plus. Pour Safari, télécharger le module Safari Adblock à cette page : http://safari-adblock.softonic.fr/