Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 14:41

Pierre Gastéréguy, auteur du recueil de nouvelles Doux comme un mouton, publié aux éditions Astobelarra - Le Grand ChardonPierre Gastéréguy publie en mars 2012 chez Astobelarra - Le Grand Chardon un recueil de nouvelles, intitulé «Doux comme un mouton».

Astobelarra : Depuis quand écrivez-vous?
Pierre Gastéréguy : J’aime écrire depuis toujours, mais je me suis longtemps limité à des ébauches de textes, des fragments de récits que je me promettais de mettre en forme et développer plus tard… quand j’aurais le temps.
Parvenu à 55 ans, en Cessation Progressive d’Activité, j’ai bénéficié d’un mi-temps pour mes 3 dernières années d’enseignement. J’avais du temps qui se libérait et je pouvais me mettre à l’œuvre.

A : D’où vous est venue l’envie d’écrire ces nouvelles ?
PG : Lecteur assidu de science fiction, je voulais créer mon propre univers et je me suis essayé à deux reprises à écrire des romans. Je ne suis pas allé jusqu’au bout et j’ai calé à mi-course. Entre temps, des idées de récits plus brefs me venaient et c’est ainsi que j’ai écrit des nouvelles.
Le besoin d’être jugé sur la teneur de mes écrits m’a conduit à participer à des concours de nouvelles. Peu de concours étant ouverts à la science fiction, je me suis orienté vers d’autres types de récits laissant la part belle à l’imaginaire et à la psychologie des personnages. Dans l’ensemble, les réponses ont été positives, ce qui m’a encouragé à continuer  - à petite dose -

A : Quelles sont généralement vos sources d’inspiration et comment procédez-vous, êtes vous plutôt papier/stylo, ou clavier/souris?
PG : Mes sources d’inspiration ont été mon vécu - très transposé - l’environnement, une émotion subite, une image…
A partir de ce point de départ, je laisse courir mon imagination, j’élabore des personnages qui me conduisent à construire une action. Je poursuis ce schéma sans savoir forcément où il mène et puis… je tombe en panne… je laisse reposer le texte jusqu’au moment où une nouvelle idée, un point de vue différent relancent la machine et me permettent d’aboutir au dénouement. Celui-ci, de préférence, doit être surprenant, imprévisible, mais d’une logique irréfutable.
Stylo, ordi ? En général, je couche sur papier les idées, notations, expressions qui me viennent à l’esprit sans ordre cohérent. Puis je commence à discerner une trame, un cheminement possible et je rédige sur brouillon quelques paragraphes.
A ce stade, l’ordinateur est important. Le fait de taper au clair cette amorce de brouillon contribue à clarifier mes idées. Je poursuis selon le même processus pour arriver - quand ça marche - à la fin de mon histoire.
Ensuite, relecture en m’appuyant sur le traitement de texte, corrections, ajouts ou suppressions, éventuellement réécriture jusqu’à aboutir au produit fini.

 

*****

Premier ouvrage publié dans la collection Mozaïk!

*****


A : Pouvez-vous nous décrire brièvement ce qu’on pourra lire dans «Doux comme un mouton» ?
PG : Le recueil «Doux comme un mouton» comporte 12 nouvelles de tonalité variée.
Celle qui donne son titre à l’ouvrage est un récit à peine futuriste qui propose une solution imparable à l’éternel conflit entre l’ours, le berger et les moutons. A méditer pour les jusqu’au-boutistes de tout bord qui s’entre déchirent sans parvenir au moindre résultat.
Le texte initial «Brrr ! Ma tant aimée !» nous plonge très loin dans la préhistoire. Le prétexte en est la ravissante statuette de la «Dame de Brassempouy» (sud des Landes, il y a  25000 ans). Dans ce récit décalé, un Roméo des cavernes déclare sa flamme à l’objet de son désir.
D’autres nouvelles, en plein dans notre époque, nous font revivre une intervention policière musclée «La vie en rose», l’incompréhension tragique entre un grand-père et son petit-fils «Ote-toi de mon soleil», la victoire d’un couple de retraités parvenant à sauvegarder leur domicile en dépit d’un projet autoroutier «Des amours d’orchidées», le retour à l’espoir d’un désespéré «Table rase», la saveur magique d’un plat de champignons «La buxeuada»…

A : Quels sont les messages que vous souhaitez apporter au lecteur?
PG : A l’exception du dernier «Lève-toi et marche», mes textes n’ont pas vocation à délivrer un message au lecteur. L’important, dans mon esprit est d’apporter un moment d’évasion, de rêve, de poésie ou  bien d’humour et d’émotion.

A : Après ce premier recueil de nouvelles, avez-vous un (ou plusieurs) autre(s) projets littéraires?
PG : Je n’ai pas de projet littéraire en ce moment. J’ai en réserve un certain nombre de nouvelles déjà écrites, notamment dans les genres fantastique, merveilleux  ou science fiction, encore faudrait-il qu’ils puissent intéresser des lecteurs. Je n’écris plus depuis plusieurs mois et je ne parviens pas à relancer la machine. Peut-être qu’avec le retour des beaux jours et la montée de la sève au printemps !

Partager cet article

Repost 0
Published by Astobelarra - dans Collection Mozaïk
commenter cet article

commentaires

Google groupe

Google Groupes
Abonnement au groupe Le Grand Chardon
E-mail :
Visiter ce groupe

Recherche

CONTACT

Editions astobelarra / Le Grand Chardon

Centre Multiservices

BP 66

F- 64130 Mauléon Soule

 

Tel : 05 59 28 32 81

 

Courriel : astobelarra@gmail.com

Vous en avez de la pub qui peut apparaître sur ce blog ? Pour Firefox, allez dans le menu "outils" ---> puis ---> "Modules complémentaires" et téléchargez le module Adblock plus. Pour Safari, télécharger le module Safari Adblock à cette page : http://safari-adblock.softonic.fr/